Hadja Aminata Mara, présidente de la fédération guinéenne de cyclisme : « Je suis venue apprendre aux cotés de mes frères du Burkina Faso »

Hadja Aminata Mara, présidente de la fédération guinéenne de cyclisme : « Je suis venue apprendre aux cotés de mes frères du Burkina Faso »

Invitée spéciale de la 31e édition du tour du Faso, la présidente de la fédération Guinéenne de cyclisme Hadja Aminata Mara s’est   prêtée volontiers à nos questions à travers cette interview que nous vous proposons de lire.

Qu’est ce qui justifie votre présence sur la terre du Burkina Faso ?

Je suis venue pour apprendre car on ne peut pas parler de cyclisme dans la sous-région sans mentionner le nom du Burkina Faso. Je suis donc venu à l’école du cyclisme burkinabè afin de reproduire la même chose chez moi en Guinée.

Au regard de ce que vous avez vu, quel commentaire cela vous inspire ?

Je n’ai pas grand-chose à dire. Votre pays n’a pas d’égal en matière organisation de ce genre d’évènement. Vous êtes vraiment au top. Ce que j’ai vu m’a vraiment émerveillé et je voudrais traduire tous mes remerciements à la fédération burkinabè de cyclisme et aux autorités de ce pays qui ont mis les moyens pour la réussite de cette 31e édition du tour du Faso.

Peut-on s’attendre à un tour cycliste international de Guinée dans les prochaines années ?

Oui évidemment, et ce sera du 21 au 25 novembre prochain avec la participation des cyclistes burkinabè car on ne peut pas organiser un tour cycliste en Guinée et même dans la sous-région sans impliquer les cyclistes burkinabè. Votre pays est une vraie institution dans ce domaine.

ST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*