8e étape du Tour du Faso 2012 : Allemands et Algériens mélangent les beaux plans burkinabè

8e étape du Tour du Faso 2012 : Allemands et Algériens mélangent les beaux plans burkinabè

Le Burkina ce vendredi avait à première vue tout prévu et organiser. En cas d’échappée forcément quelques musclés, malheureusement mal classés devaient être de la partie et faire diversion. Yaméogo Yacouba et Minougou Oumarou, en tête étaient tout indiqués pour jouer ce rôle. C’est pour quoi ils se sont infiltrés dans le peloton des 10 coureurs en tête. Derrière, on se serre les coups et la machine va au rythme du Burkina, permettant aux deux leaders, Rasmané et Aziz de souffler aux avant-postes. Ils se réservaient pour le sprint final. Le plan était magnifique, mais c’était mal connaître la puissance de l’Allemagne et de l’Algérie. Ces deux équipes vont faire mentir la belle mécanique burkinabé. Malgré une forte mobilisation de tous les ténors, l’Algérie, une fois encore s’impose sur la ligne grâce à Amza Fayçal qui boucle l’étape de 124,800km en 2h50mn18s réalisant une moyenne de 43,968km/h. Néanmoins les efforts de Aziz Nikiéma et Rasmané Ouédraogo vont être payants puisse qu’ils conservent toujours les maillots jaune, vert, celui du sprint intermédiaire, du meilleur burkinabé, du plus jeune. Rasmané est entré 7e et Aziz 9e à Pâ.

Il ne reste plus que 2 étapes mais toutes dangereuses. Ce samedi 26 octobre, on aborde la 9e étape, Boromo-Koudougou, longue de 153km. Mais la longueur de la distance  effraie moins que l’état cauchemardesque de la route.  Sur cette chaussée plus que fortement dégradée, le pire peut arriver à tout moment. Les crevaisons sont là, les chutes aussi. Il faut en tenir compte. Nul n’est à l’abri. Il faut surtout prier pour que la catastrophe ne survienne pas dans les 10 derniers km.  La qualité de l’athlète est en jeu sur cette étape, mais le sort aussi sera de la partie. Avec la chaleur du moment, il y a de quoi avoir réellement peur mais laissons la bonne étoile nous guider.

Sur les 153km, le sort des maillots peut se jouer là. C’est l’étape de tous les dangers surtout que la fatigue coupe les reflexes et alourdir chaque jour un peu plus les jambes. Si on passe avec justesse cet examen, le Burkina a des chances de garder sa tunique jaune et même la verte. Mais c’est le moment de prier fort. L’Algérie et l’Allemagne vont attaquer. Les Néerlandais et les Belges vont répondre et le danger peut jaillir à tout moment car le système des Etalons et surtout la forme des coureurs ne les rendent pas maître du jeu. Alors il faut aux Etalons beaucoup plus de vigilance et rigueur.

L’Algérien Hamza Fayçal à Pâ n’a laissé la choix à personne passant premier la ligne d’arrivée.

L’Algérien Hamza Fayçal à Pâ n’a laissé la choix à personne passant premier la ligne d’arrivée.

Le Burkina a cru pouvoir contrôler la course. Mais c’était sans compter avec les Algériens et les Allemands.

Le Burkina a cru pouvoir contrôler la course. Mais c’était sans compter avec les Algériens et les Allemands.

website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*