6e étape : Aziz Nikiéma à l’arrachée !

6e étape : Aziz Nikiéma à l’arrachée !

Pa-Bobo-Dioulasso qui marquait la sixième course du Tour du Faso. C’est cette étape que Aziz Nikiéma a choisi pour porter de fort belle manière, le cyclisme Burkinabè au sommet de cette édition de la transition.

Apres la traditionnelle nuit de bivouac à Boromo, placé sous les services professionnels de Excellence Hôtel, c’est à Pa que les coureurs ont entamé le kilomètre zéro pour Bobo-Dioulasso. Les ivoiriens du capitaine Bolodigui Ouattara qui sont passé si près du projecteur la veille déclenchent les premiers offensives. L’Eléphant Hamidou Sankara est chargé de tester la réaction du peloton. Cette « indélicatesse » matinale est immédiatement répondue par l’Algérie, préparée à tout donner pour une victoire d’étape.

A peine entamé, toutes les composantes d’une course folle se laissaient lire aisément, pour le bonheur des nombreux spectateurs massés le long des routes. Le Suisse Manuel Stocker et Hamidou Yaméogo placent une attaque, ils seront suivi de l’ivoirien Bassirou Konté. Pendant ce temps, Béninois et autres s’accrochent pour éviter de mettre en service le car balaie. Tour-à-tour, Marocains, Burkinabè, Algérien, Suisse et ivoiriens vont animer cette étape. Dès le premier point chaud à Houndé, Aziz Nikiéma dévoile sa forme. Il est talonné par l’Algérien Nassin Saidi et de l’Erythréen Debesay Mekseb, à une vitesse moyenne de 45 km/h.

Le deuxième point chaud, situé à Koumbia confirme la forme et les ambitions des Burkinabè. En effet, c’est Rasmané Ouédraogo qui, sur un coup de pédale dominateur, laisse l’Algérien Saidi pantois. Aziz Nikiéma boucle le trio de ce deuxième sprint intermédiaire. Ce point chaud passé, toute la caravane a senti la cité du Sya se rapprocher à vive allure. Entre attaques et contre-attaque tout azimut, le Mali tente de s’effrayer un chemin, mais Reda Aadel (Maroc), et l’Erythréen Yemane Bereket ne le lui autorise pas, comme pour signifier qu’il s’agit-là, d’un débat entre grands.

Finalement, un groupe de 6 coureurs, dont Rasmané Ouédraogo (qui aurait joué un rôle de titan) et Aziz Nikiéma réussiront à maintenir le rythme, et empreinte le Boulevard de la révolution pour l’ultime explication. Et le Sya d’une belle clameur,  salua Aziz Nikiéma qui stoppe, au prix d’une arrachée puisée au fond de ses dernières ressources, le chrono à 2h, 58’ 59’’. La vitesse moyenne elle, affiche 44, 920 km/h. Rasmané Ouédraogo, désigné comme meilleur coéquipier termine en 4e position.

DSC_0078 DSC_0108 DSC_0115 DSC_0130  DSC_0175 DSC_0193 DSC_0207

J Zongo

website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*